Vaincre ses peurs et ses phobies grâce à la réalité virtuelle ?

La réalité virtuelle a d'abord commencé à s’imposer sur le marché du jeu vidéo en proposant des contenus de plus en plus réalistes et en jouant sur nos émotions. La VR est très efficace pour les jeux d’horreur ce qui explique le grand nombre de jeux plus effrayants les uns que les autres.

Des chercheurs se sont penchés sur cette technologie dans tous les domaines. Certains d'entre eux ont aujourd'hui abouti au développement d'une application de réalité virtuelle qui vise à aider les personnes souffrant de la phobie du vide.

C'est une psychiatre de la Salpêtrière et un chercheur en informatique du CNRS qui se sont penchés sur la peur du vide, une véritable phobie qui peut aller de la crainte de monter au sommet d’un immeuble à la peur panique de monter sur un tabouret.

La réalité virtuelle permet de plonger l’utilisateur dans un monde numérique de telle sorte qu’il ait l’impression de faire partie de cet univers et qu'il puisse m^me y évoluer. Leur application se nomme My Reve (contraction de My Réalité Virtuelle) et permet, de manière graduelle, de lutter contre sa peur du vide en toute autonomie mais avec l’aide d’un psychiatre pour guider les patients à travers les différents étapes du processus auxquelles ils seront confrontés. Les scientifiques distinguent 3 catégories de peur :

  1. la peur normale, qui est une peur rationnelle et de survie, elle nous pousse à adopter un comportement précautionneux et nous empêche de tomber dans le vide ;
  2. la peur excessive, paralysante, elle émane d'un dérèglement encore mal compris des chercheurs et apparait sans menace avérée ;
  3. la peur handicapante, véritable maladie de la peur, elle a tendance à durer, voire s'aggraver.

La thérapie propose entre autre de se confronter de manière progressive à l’altitude et aux endroits fermés. Autrement dit, si vous avez peur du vide, le thérapeute (psychologue ou psychiatre), spécifiquement formé à cette technique, pourra vous proposer par exemple de vous approcher progressivement de la rambarde de la terrasse du Centre Georges Pompidou; on parle d’exercice d’exposition.

LA VR COMME NOUVEAU PSYCHIATRE ?

Mais le progrès ne s’arrête pas là ! En effet, des chercheurs de l’université d’Oxford ont décidé d’aller encore plus loin dans le développement de ce genre d’applications en allant jusqu’à rendre l’intervention d’un psychiatre facultative, voire inutile. L'étude en question a rassemblé 100 patients souffrant de vertiges. Ces personnes ont été séparées en deux groupes de façon aléatoire, un qui aura accès au traitement grâce à l’application en VR et l’autre qui ne subira aucune thérapie. L’expérience a duré 2 semaines durant lesquelles les patients ont effectué 6 séances de 30 minutes avec l’application. Avant de commencer, ils avaient rempli un questionnaire notant leur degré de phobie sur une échelle allant de 16 à 80. Juste après les deux semaines, ces personnes ont refait le test et les résultats ont été probants. Ceux ayant suivi la thérapie en VR ont vu leur score baisser en moyenne de 20 points.

Son fonctionnement est simple et demande à l’utilisateur de procéder à l’ascension d’une tour en plusieurs étapes. Le but des chercheurs est, à terme, de remplacer l’intervention des psychiatres pour traiter les phobies les plus communes.